JE REMETS ÇA AVEC LA 141 TB

Attention depuis le 16 février 2012, le moteur Moteur Bülher Réf mot 01 n'est plus disponible :
( Arrêt définitif de sa fabrication ).

 

       A l’expo de Besançon, nous discutons autour de ma 131 TB, présentée dans la petite vitrine de mon stand. Des amis me font remarquer que la 141 TB est très voisine de la 131, question chaudière et abri, et que ses dimensions générales sont pratiquement les mêmes.
     Oh ! La loco de « Bébert et l’omnibus » ! Elle m’intéresse aussi. J’ai tellement regardé ces séquences du film d’Yves Robert, qui me font revivre à chaque fois ce que j’éprouvais devant les locos vapeur à la même époque ! (Je crois qu’avec « Petit Gibus » nous avons le même âge).
     M’en faut pas plus pour me motiver. Sitôt rentré, je sors le DVD et me régale une fois de plus des séquences où l’on voit manœuvrer la 141 TB 422 à la bifurcation de Gretz, puis la 460 à Verneuil-l’étang (avec aussi des 141 P). Dans un film plus sombre mais - oh combien ! - remarquable : « Le deuxième souffle » de Jean-Pierre Melville, une 141 TB passe en tête d’un convoi de wagons marchandises (tout au début. Plus tard dans le film, on voit aussi une 141 R fuel de Marseille-Blancarde à l’arrêt dans une petite gare proche des Calanques)
     « J’ai encore une chaudière de 131 TB « Hornby-Acho » dans mes tiroirs, me confie Michel Haurit, du club de la RATP. Si tu veux, je te la donne… »
Il me l’envoie quelques jours après. Brave « Lorry ». Voilà encore un vrai pote.

     J’observe un diagramme et les photos de 141 TB « sous toutes les coutures » dans mes livres ferroviaires. Pas de doute, c’est possible avec un train de roues accouplées de 141 R Jouef (ancienne) et (de nouveau) un bloc-cylindres de 141 TA.    
     Les modifications à effectuer sur la « caisse » de 131 TB ne sont pas très difficiles à faire :
- supprimer le cache-soupapes et en refaire un plus gros, à placer plus en avant
- scier les angles au-dessus des caisses à eau pour leur donner la forme inclinée caractéristique
- scier et refaire la paroi arrière de la soute à charbon (décrochement en bas)
- supprimer « une marche » à l’avant du tablier, avec deux ajours pour laisser le passage des ressorts à lames de suspension du bissel.
     A condition bien sûr de rester modeste, car si l’on était trop perfectionniste il faudrait allonger un tout petit peu les caisses à eau vers l’avant et déplacer légèrement les dômes.
     Je rappelle ici mon habituelle déclaration pour les «jamais contents» (cliquez sur ces mots surlignés).
     Mis à part les opérations listées ci-dessus, le travail effectué est à peu près le même que celui décrit plus haut pour la 131 TB. Toutefois, voici - dans l’ordre par lequel je les ai réalisées - les étapes de construction de ma 141 TB, avec plus en détails celles des embiellages, différents et délicats à confectionner.
     Hormis la pose des plaques Interfer, la peinture et les marquages, un petit détail - mais qui a son importance - me reste à installer sur ma 141 TB. Il s’agit du bouchon du dôme de vapeur, une plaque ronde avec des rivets tout autour et un au-milieu, bien visible sur une photo du dessus de la 141 TB 408 (voir sur le livre « Les années vapeur » - photos collection Jean Bazot - page 65). En cherchant comment la représenter, il m’est apparu évident d’ajouter une nouvelle référence à mes accessoires : une plaque en laiton photo-gravé comprenant ce fameux bouchon, mais aussi d’autres pièces rondes plus petites avec un trou central (pour représenter par exemple des sorties de tuyauteries sur des chaudières), et des plus grandes (à coller devant le bloc-cylindres de certaines machines). Ce nouvel accessoire (Réf. div 70) est actuellement en cours de fabrication, et sera très probablement déjà disponible à RailExpo. Bien entendu, je poserai cette plaque sur le dôme de ma 141 TB (et aussi de ma 131 TB !) dès que j’aurai reçus les premiers tirages.
     Vous pourrez donc aussi voir ma 141 TB (en compagnie de la 131) aux prochaines expos (RailExpo à Villebon, St Mandé…)  Alors, à bientôt !

Eric Seibel - 1er novembre 2011-

  
 
Différentes vues du modèle
Élévation gauche
Élévation droite
Trois quarts avant droit
Trois quarts avant gauche
Vues d’arrière
Vue de dessus
 
Pour comparaisons, vues des deux modèles 141 TB et 131 TB ensemble
 

Photographies dans l’ordre des opérations effectuées

Photographie 1 : j’ôte les “casquettes” des fenêtres devant l’abri, pour ne pas les esquinter en arasant et ponçant la chaudière.

Photographie 2 : Je laisse les départs et tuyauteries de sablière, que je trouve assez bien représentées. Je scie les angles des caisses à eau et rebouche à la résine époxy.

Photographies 3 et 4 : à l’avant du tablier, je supprime une “marche”, et refais une pièce en laiton (chute de plaque de photo-découpe).

Photographies 5 à 7 : à la fraiseuse, je fais le châssis massif dans un barreau de 10 X 10 mm. L’entraxe des essieux (= 20. 50 mm) est celui des 141 R Jouef (anciens modèles), puisque j’utilise leur train de roues avec ses bielles d’accouplement. Pour la transmission, je fixe un support moteur pour 141 TA (Réf.div 52), muni des deux pignons accolés de 141 TA .

Photographies 8 à 10 : je découpe une tôle de laiton (ép. 1 mm), dans laquelle je pratique des ajours pour le passage du support moteur et des roues accouplées

Photographies 11 et 12 : je diminue la hauteur des boudins des roues accouplées de 141 R, pour la porter à 0.8 mm. J’installe un pignon (provenance Jouef) à 30 dents sur l’essieu moteur.

Photographie 13 : le moment est venu de tester le bon roulement du train de roues avec la transmission, montés sur le châssis .

Photographie 14 :vérification du bon emboîtement de l’ensemble châssis/tôle sous la caisse.

Photographies 15 à 17 : pose et mise en forme des fils palpeurs (fils de bronze au phosphore Diam. 0. 3 mm), dans leurs supports : tronçons de tube laiton Diam. 2 mm soudés sous la tôle. L’isolant est celui de fil téléphone .

Photographie 18 : remontage de la tôle sur le châssis. Les palpeurs touchent le dessus des bandages des roues sur essieux sans jeu latéral, et l’arrière des bandages des roues sur essieux avec jeu latéral.

Photographies 19 et 20 : Les fils palpeurs sont reliés entre eux et au moteur avec du fil extra-souple. Des raccords-tulipe sur la liaison au moteur permettent les démontages et remontages rapides.

Photographie 21 : Une bride de maintien du moteur (en fil maillechort Diam. 0. 6) traverse la tôle dans deux trous, sous lesquels ce fil est simplement coudé. Les deux lests d’origine sont collés sur la tôle après avoir été sciés à l’angle modifié sur les caisses à eau.

Photographies 22 à 26) : la masse du châssis à ce stade est de 238 grammes, que je juge insuffisante pour une loco sans anneaux d’adhérence. Je confectionne un lest supplémentaire en plomb, ce qui porte la masse à  pratiquement 300 gr. Au final, avec les embiellages et la caisse (qui pèsera 32 gr), le total « adhérent » sera de 345 gr (les 25 grammes environ des deux bissels ne comptent pas, car ils n’appuient pas sur le châssis) .

Photographie 27 : préparation et articulation des bielles motrices (Réf. mik 08 P) et crosses de pistons (Réf. eta 20). Le trou de la grosse tête des bielles est agrandi au diamètre 3 mm pour les adapter au tourillon des roues motrices Jouef.

Photographies 28 à 30 : modifications sur les guides de crosses (Réf. eta 09): Je soude un profile laiton forme “T” sur l’arête extérieure, perce et soude une section de fil maillechort Diam. 0. 6 en haut. Ce sera l’axe d’articulation de la biellette de relevage de marche. Ensuite, je soude (le plus possible vers l’extérieur) une « oreille » percée d’un trou pour l’articulation de la coulisse. Je lime à l’intérieur pour le passage de la bielle motrice .

Photographie 31 : il faut aussi limer l’intérieur de la partie haute pour le passage de la bielle de commande de tiroir. Pour des montages et démontages pratiques, je supprime la partie basse avec un disque à tronçonner.

Photographie 32 : les ensembles bielle motrice/crosse/guide préparés.

Photographie 33 : Modification des tiges de tiroirs (Réf. eta 14) : la partie qui représentait un guide est limée puis percée.

Photographies 34 et 35 : un équipage préparé (c’est le côté droit).

Photographie 36 : sur la bielle de commande de tiroir, souder auparavant l’axe de la biellette de relevage rendra le montage plus facile.

Photographie 37 : un coup de disque à tronçonner sur l’angle de la tôle pour laisser le passage des biellettes. 

Photographie 38 : étapes successives du montage d’un embiellage : passer d’abord la branche arrière du guide derrière les roues.

Photographie 39 : puis la bielle motrice entre les glissières.

Photographie 40 : à présent, l’équipage derrière le guide, en commençant par les biellettes de relevage de marche.

Photographie 41 : ensuite, emboîtement des deux “pointes” des glissières dans les trous du bloc-cylindres (ça tombe en face, pilpoil). La grosse tête de bielle motrice peut maintenant être placée sur le tourillon de la roue motrice.

Photographie 42 : la tige de tiroir est engagée dans le bloc-cylindres.

Photographies 43 et 44 : fixation du guide contre le châssis par dépose d’une goutte de cyano liquide.

Photographie 45 ; fixation du guide à l’arrière de la tige de tiroir. Cette pièce peut être confectionnée avec un tronçon de tube laiton. Elle est collée à la cyano sur la glissière supérieure, après avoir soigneusement déterminé son positionnement : hauteur, et alignement avec la tige de tiroir. Elle ne doit pas bloquer la bielle de commande de tiroir qui l’encadre par ses deux branches .

Photographie 46 : vue sur le lest posé sur le châssis pour essais.

Photographie 47 : le berceau de boîte à fumée (Réf. eta 04) est collé sur le châssis dans l’axe du bloc-cylindres. Les contre-tiges de pistons (Réf. div 76) sont collées devant le bloc-cylindre.

Photographie 48 : les marchepieds arrière (Réf. march 11) sont fixés sous la tôle du châssis, bien alignés avec le décrochement présent sur la caisse.

Photographie 49 : la traverse arrière (Réf. eta 06) est façonnée suivant l’observation des photos de machines réelles. Une fois collée à l’arrière du châssis, je l’équipe de ses tampons (Réf. T 04), attelage factice (Réf. att 01), demi-accouplements de freins (att 08), et chauffage vapeur (Réf. att 03). Ce dernier – habituellement placé à gauche – est à droite sur cette loco (peut-être à cause de l’utilisation un peu spéciale de ces machines avec des rames en réversibilité ?)

Photographie 50 : sur deux boîtes d’essieu (Réf. div 51), je supprime par meulage …la boîte d’essieu, et tout ce qui entoure le ressort à lames pour ne conserver que lui. Je perce ensuite ses extrémités et y soude du fil maillechort Diam. 0. 6 mm.

Photographies 51 à 55 : les ressorts sont fixés à leurs emplacements grâce au fil de l’arrière, formé et fixé dans un trou percé sous la caisse. Ces vues permettent de voir également les différents accessoires installés à l’avant : marchepieds (Réf. march 02), marches sur le tablier (Réf. jeep 20), volant de porte de boîte à fumée (Réf. vol 05), main courante en fil maillechort Diam. 0. 4 mm (supports Réf. div 97), compresseur bi-compound (Réf. pomp 01), phares électriques unifiés (Réf. fan 04), mains montoirs dans les angles du tablier (fil maillechort Diam. 0. 4 mm).

Photographie 56 : équipement de la traverse avant : mêmes éléments que la traverse arrière (voir en 49) + supports de fanaux (Réf. div 44).
Notez que préalablement à leur pose, j’ai percé le fond des phares (à l’aide d’une petite fraise sphérique Diam. 1. 5 mm par l’intérieur), pour pouvoir éventuellement installer un éclairage fonctionnel ultérieurement.

Photographie 57 : vue sur les éléments rapportés sur la chaudière côté droit : chapelles (Réf. C 16), vanne de souffleur (Réf. vol 07), vannes sur le dôme (Réf. vol 06).

Photographies 58 et 59 : les conduites de vapeur calorifugées sont faites avec de la corde de guitare (Diam. 1. 10 mm).

Photographie 60 : suite du côté droit. Pose du réservoir-doseur de TIA (Réf. div 33 b). Les trappes de remplissage de l’avant des caisses à eau sont sciées (petit disque-scie en acier très mince monté sur la mini-perçeuse) puis recollées plus en arrière.

Photographie 61 : le cache-soupapes est réalisé avec un tube laiton Diam. 4 mm. Il renferme les soupapes (Réf. soup 07), réduite en diamètre à la lime sur une mini-perçeuse.
La turbo-dynamo est façonnée dans une soupape (Réf. pomp 17), et collée sur une marche retournée (prise sur la plaque Réf. jeep 20).
Une turbo--dynamo, Réf div 24,est désormais disponible au catalogue Mécanic Trains.
Les « casquettes » des fenêtres frontales sont recollées.

Photographie 62 : vues du côté gauche. La petite tringlerie de commande de l’échappement est représentée par une pièce en photo-découpe tirée d’une plaque Réf. eta 18 .

Photographie 62 bis : sur le dôme la plaque de bouchons tirée de la Ref div 70

Photographie 63 : le sifflet (Réf. sif 01) est posé à gauche de la tringle de commande centrale. Les supports de mains courante sont des courts (Réf. div 96).

Photographies 64 et 65 : vues de dessus avec les différents éléments rapportés.

Photographie 65 bis : Vue de dessus de la plaque de bouchons avec rivets située sur le dôme.

Photographie 66 : sur les côtés de l’abri, les mains courantes sont arasées et refaites avec du fil maillechort Diam. 0. 4 mm coudé (et non passé dans des supports comme sur la 131 TB). De part et d’autre de la trémie, pose (par collage) d’anneaux de levage (pris sur la plaque Réf. TA 08).

Photographies 67 à 69 : la paroi arrière de la soute à charbon est modifiée pour obtenir la forme caractéristique des 141 TB (sciage et recollage de morceaux de plasticard).
Puis les éléments suivants sont posés : mains montoirs (fil maillechort Diam. 0. 4 mm), phares unifiés (Réf. fan 04) et supports de lanternes (Réf. div 44).
Notez que là aussi j’ai percé le fond des phares et la paroi arrière afin de pouvoir plus tard les équiper d’éclairage fonctionnel.

Photographie 70 : sur les fenêtres arrières sont posées des barres de protection (fil bronze Diam. 0. 3 mm).

Photographie 71 : sous le bord de la caisse – côté gauche – sont fixées deux tuyauteries (fil maillechort Diam. 0. 4 mm).

Photographie 72 : sous le bord de la caisse – côté droit – est collé l’injecteur (Réf. inj 01) .

Photographie 73 : sous le bord de la tôle du châssis – côté gauche – est collée la triple-valve de frein (Réf. div 23).

Photographies 74 et 75 : à l’arrière, côtés gauche et droit, sous le bord de la tôle du châssis sont collés des coffres (récup’ de dessous de voitures voyageurs par exemple). Des marchepieds sont collés dans les angles de la traverse arrière. J’ai tiré ceux-là d’une plaque de tender 22 B (Réf. 22 B 01).

Photographies 76 et 77 : côté droit sur la trémie se trouvait ce coffre, dont la présence est un mystère… L’hypothèse la plus vraisemblable est que ce serait une sorte « d’étui » - ouvert sur le devant à l’intérieur de l’abri -  pour ranger les outils à feu, installé dans les années 50 au moment des électrifications pour des raisons de sécurité. (Si quelqu’un connaît mieux ces détails, il serait bien aimable de nous les faire partager)
Je l’ai taillé dans un morceau de résine, entouré de trois « sangles » en fine bande de  Plasticard.

Photographies 78 et 79 : comme à mon habitude, j’ai confectionné une plaque amovible sur laquelle sont soudés les sabots de freins (3 X Réf. C 11) et leurs tiges-supports (fil maillechort Diam. 0. 6 mm).

Photographie 80 : également selon mon habitude, j’ai confectionné des tiges d’attelage soudées au boîtier des bissels et contournant les éléments de la traverse de choc par-dessous.

 
Liste des éléments utilisés, provenant de modèles Jouef et d’autres fournisseurs :  
  • Éléments de 141 TA  :
    - le pignon d’attaque avec son pignon en laiton accolé

    - le bloc-cylindres
  • Éléments de 141 R :
    - train de roues accouplées avec les bielles d’accouplement
  • Élément de bogie d’autorail :
    - pignon à 30 dents à denture droite (pour l’essieu moteur)
  • Chez l’Octant :
    - barre de laiton 10 X 10 mm pour faire le châssis
    - plat de laiton 10 X 2.5 mm pour faire le dessous de châssis
    - tôle de laiton ép. 1 mm pour faire la plaque au-dessus du châssis
    - vis et écrous laiton de 2.5 mm et 2.0 mm, tête plate et tête fraisée
    - rivets de 1.0 mm en laiton (Réf. VR 113)
    - tube laiton Diam. 2.0 mm/1.4 et Diam. 5.0 mm
    - fils maillechort dressé Diam. 0.4 mm, 0.6 mm, 1.2 mm
    - fil de bronze au phosphore (pour les fils palpeurs) Diam. 0.3 mm (Réf. P 691)
  • 4 roues de bissel Fleischmann Réf. 514 228
  • Décals AMF 87 Réf. D 003 et D 007
  • Jeu de plaques photogravées INTERFER (choix : « 141 TB 437, 447, 460   (celle de « Bébert et l’omnibus » !) et 503 »)
  • Fil extra-souple et barrette de raccords-tulipe (chez CdF)
 
Liste des accessoires MECANIC TRAINS utilisés 
  • supports de mains courantes courts Réf. div 96 et moyens (il en faut 2 pour la main courante de la porte de b.f.) Réf. div 97
  • berceau de boîte à fumée Réf. eta 04
  • jeu de tampons Réf. T 04
  • marchepieds Réf. march 11 (de part et d’autre sous l’abri)
  • marchepieds Réf. march 02 (à l’avant)
  • marchepieds sur traverse arrière : sur plaque Réf. 22 B 01
  • 2 boîtes d’essieux Réf. div 51 (pour les ressorts à lames à l’avant du tablier)
  • volant de porte de boîte à fumée Réf. vol 05
  • traverse avant (pour l’arrière) Réf. eta 06
  • moteur Réf. mot 01
  • volant d’inertie Réf. vol 01
  • support moteur Réf. div 52
  • paire de guides de crosses de pistons Réf. eta 09
  • paire de crosses de pistons Réf. eta 20
  • paire de bielles motrices Réf. mik 08 P
  • paire de coulisses Réf. eta 15
  • paire de tiges de tiroirs Réf. eta 14
  • paire de manivelles Réf. man 01
  • paire de bissels Réf. div 32
  • pompe à air Réf. pomp 01
  • soupapes Réf. soup 07
  • chapelles Réf. C 16
  • réservoir-doseur TIA Réf. div 33b
  • vanne de souffleur Réf. vol 07
  • 3 X vannes Réf. vol 06
  • sifflet Réf. sif 01
  • plaque photo-gravée Réf. eta 18
  • 2 X plaques Réf. jeep 20
  • plaque photogravée (pour les anneaux de levage de part et d’autre de la trémie), et la queue de serrage du volant de porte de b.f.) Réf. TA 08
  • paire d’attelages factices Réf. att 01
  • 2 paires de ½ accouplements de freins Réf. att 08
  • paire de ½ accouplements vapeur Réf. att 03
  • 2 paires de phares « Marchal » Réf. fan 04
  • injecteur Réf. inj 01
  • pochette de petits rivets acier Réf. riv 01
  • 3 X paires de sabots de freins Réf. C 11 (inutiles devant les roues du 1er essieu accouplé, on ne les voit pas)
  • contre-tiges de pistons Réf. div 76
  • supports de lanternes Réf. div 44
  •    …et la plaque photo-gravée Réf. div 70 (dès sa disponibilité) pour le bouchon riveté sur le dôme
 
Autres accessoires utilisés 

Ajouter différents petits éléments glanés dans la « boîte à fourbi », comme d’autres petites bielles de distribution aux entraxes adéquats, du fil téléphone, de la corde de guitare Diamètre 1.1 mm (pour les conduites calorifugées de chauffage vapeur) .

 

La 141 TB 503 après mise en peinture

 

LA 141 TB 503 EN LIGNE

Cliquer sur le lien pour ouvrir la page

Ma 141 TB 503 sur le ré;seau du club de la RATP, en tête de la rame de voitures de banlieue Est réalisées par Philippe Geoffroy.