LE BERLIET DE JOUEF CHAMPAGNOLE

 

Mon modèle de camion Berliet GLR 8 Brekina, repeint et décoré pour évoquer celui « des Jouef ».  

 

     Un beau modèle à l’échelle 1/87ème du camion Berliet GLR 8 est récemment apparu sous la marque Brekina. Repeint aux couleurs de Jouef, il apporte une note chaleureuse sur mon décor.
     C’est aussi l’occasion de vous rapporter quelques anecdotes recueillies auprès d’anciens de chez  Jouef.

       Dans sa version « fourgon tôlé » le modèle est quasiment identique au réel de la firme jurassienne chère à nos cœurs. Je n’ai pas hésité à repeindre le mien, histoire de faire revivre sur mon décor la glorieuse époque de l’entreprise.
      Lors de mon achat, j’ai choisi celui avec la décoration « La vache qui rit », puisque tout à fait typique de ma Franche-Comté. Sacrifier cette décoration pour la remplacer par un hasardeux bricolage était un pari risqué, mais c’était plus fort que moi. Les occasions de témoigner notre reconnaissance envers « les Jouef » ne sont pas si fréquentes. Elles nous permettent de prouver que l’on ne les oublie pas.

Je me suis inspiré de cette photo :

Une partie du personnel de l’usine Jouef à Champagnole devant le camion Berliet de l’entreprise.

– aimablement prêtée par Mme Noëlle Gauthé, que je remercie –  pour les motifs peints sur les côtés du fourgon. Difficile de voir si la couleur du fond était blanche ou gris clair, mais j’ai évidemment choisi la couleur blanche pour me simplifier la tâche : composition à l’ordinateur dans deux cadres rectangulaires aux dimensions des faces du modèle, puis impression sur papier photo. Une fois découpés au cutter, je n’avais plus qu’à coller ces cadres sur mon modèle. Mis à part ces côtés et les faces avant et arrière de la caisse peints en blanc, j’ai repeint la toiture et les garde-boue de la partie fourgon ainsi que la cabine du Berliet en vert, couleur qui revient le plus souvent dans le souvenir des « Anciens Jouef » que j’ai pu interroger. L’idéal aurait été de retrouver une photo en couleurs avec le camion en entier, mais y-en a-t’il une ? Pas à ma connaissance… Au début des années 90 j’avais lu un article dans le journal « Le Progrès de Lyon », qui décrivait la carrière sportive d’André Monnier, car avant de travailler chez Jouef il avait été champion de ski. Une photo – en noir et blanc, hélas – illustrait l’article, et on y voyait Mr Monnier devant le Berliet. J’en suis certain, des motifs étaient aussi peints sur la portière de la cabine. Il y avait le gosse à la casquette, mais je ne me souviens pas précisément des inscriptions. J’ai préféré ne rien tenter. Sur la portière du modèle au 1/87°, ce serait tellement petit qu’il faudrait le faire en décalcomanie…

A Sainte-Piste, rencontre entre le camion Jouef et une 140 L du dépôt de Lons-le-Saunier (qui fréquentait quotidiennement la gare de Champagnole).

     Je vous fais don de ma composition, en format « pdf » que vous pouvez télécharger si vous en avez l’utilité. Encore un « K-do », dont vous bénéficierez si vous avez ouvert cette rubrique. Si, si, je vous assure, je m’en suis rendu compte en bavardant au téléphone, certains n’ont pas l’idée de cliquer sur les titres des rubriques dans la colonne « SOMMAIRE » du site. Vous le savez, Internet ce n’est pas vraiment « ma planète ». M’enfin, des titres dans un sommaire…
     Comme dit Robert : « Alors, qu’est-ce qui faut faire ? » 
                                               Eric Seibel – octobre 2014

 

AVENTURES SUR LES ROUTES DE FRANCE ET D’ALLEMAGNE.

     André Monnier, chauffeur chez Jouef de 1956 à 1986, en a parcouru des kilomètres au volant des camions de l’entreprise. Entre autres, il y a eu successivement deux camions UNIC, puis le fameux Berliet GLR, qui fut le dernier poids lourd de l’entreprise. Les trajets les plus nombreux et réguliers reliaient les différentes usines de Champagnole, Crotenay, Foncine-le-Bas, Foncine-le-Haut, Mignovillard, Mouthe, Salins-les-Bains, Sirod, Sellières, Syam, et Paris (76, rue des Archives).
     « Une fois, raconte-t-il, pendant l’un des premiers hivers, le plein de carburant avait été fait en mon absence, avant mon départ de Paris. Mais au lieu de gaz-oil, on avait complété le réservoir avec de l’essence. S’en étant rendu compte alors que j’étais déjà en route (j’ ignorais donc cette erreur), de peur que cela provoque un incendie on a tenté de faire des barrages à plusieurs endroits de mon parcours supposé pour m’arrêter, mais sans succès. J’ai roulé jusqu’à Champagnole sans ennuis. Le lendemain, m’étant rendu à un garage pour faire vidanger ce qui restait, j’ai été interrogé par un journaliste du « Progrès » qui avait eu vent de cette vaine poursuite.  Quelques jours plus tard paraissait un article sur l’incident, dans lequel était évoqué « Le salaire de la peur » ! C’était une comparaison bien exagérée… »
     Paul Trouvé a rejoint l’entreprise en avril 1968. « Pendant le mois de mai, à cause de la grande grêve il était devenu quasi-impossible de trouver de l’essence dans Paris. Dans ses allées et venues depuis Champagnole – où l’on pouvait encore s’approvisionner - le camion transportait des bidons d’essence pour alimenter les voitures du patron (Mr Huard) et des commerciaux de la rue des Archives !
     Pendant le salon de Nuremberg, avant qu’il soit installé dans le nouveau lieu vers l’aéroport et le grand stade, le stand Jouef était sous une sorte de tente dans la cour entre les immeubles (qu’est-ce qu’on y avait froid !) Le camion Jouef était encore un « UNIC ». Une fois, la pompe à injection ayant lâché, j’étais chargé (TRES chargé, car c’était un objet lourd !) d’apporter la nouvelle pompe depuis Paris (je venais en avion). A l’époque, il n’y avait pas de tapis roulants pour se déplacer dans les aéroports…
     Une autre année, les gars qui acheminaient du matériel étaient partis avec une camionnette équipée de pneus à clous. Arrivés à la douane allemande, comme la date limite pour rouler avec ces pneus était dépassée, on ne les a pas laissé entrer. Pour pouvoir continuer leur route et être dans les temps pour livrer la marchandise sur le stand au salon à Nuremberg, nos gars ont arraché tous les clous des pneus  avec des pinces ! »